SHSC | Les Voltigeurs canadiens
Index de l'article
Les Voltigeurs canadiens
Quelques recrues dans le corps des Voltigeurs
La milice incorporée en 1812
Toutes les pages

Les États-Unis déclarent la guerre à la Grande-Bretagne au printemps de 1812. La menace imminente d'une invasion force le gouverneur du Bas-Canada, M. George Prevost, à recourir à la milice canadienne. Il autorise la formation d'un bataillon d’infanterie légère, les Voltigeurs canadiens.  Le commandement des Voltigeurs est confié au major Charles-Michel de Salaberry, un militaire professionnel originaire de Beauport, qui s'établira ensuite à Chambly. Salaberry avait acquis une solide expérience dans l’armée britannique et il entretenait de bonnes relations avec le duc de Kent de la famille royale.

 

Illustration-groupe-de-Voltigeurs-canadiensÀ partir du 24 avril 1812, on recrute les voltigeurs parmi les Canadiens français. On offre une somme de cent livres à tout homme qui rejoint les rangs des voltigeurs. Plus de trois cents recrues sont engagées au cours des huit premiers mois. En décembre, les autorités offrent en plus un lot de cinquante arpents de terre à chaque candidat milicien. À la fin de janvier 1813, cent vingt nouveaux voltigeurs intègrent les rangs de cette troupe.

 

Des unités de voltigeurs postées aux frontières réussissent à arrêter l’entrée des troupes américaines dans le Bas-Canada en novembre 1812. En octobre et en novembre 1813, au cours de la célèbre bataille de la Châteauguay, le lieutenant-colonel de Salaberry et ses hommes, repoussent une armée américaine estimée à plus 2 500 soldats. En août 1814, ils combattent à Plattsburgh, dans l’État de New York, pour appuyer l’avance des forces britanniques.



 
Goto Top