Beloeil explose encore PDF Imprimer Envoyer
Dimanche, 12 Mars 2017 00:00


explosionIl y a eu d’autres victimes à la Canadian Explosives Company de Beloeil, selon ce qu’en rapporte le journal La Presse, édition du 2 février 1918. Notons que la Grande Guerre n’est pas terminée et que les usines d’armement fonctionnent à plein rendement.

 

«Une explosion s’est produite, hier soir, à la Canadian Explosives Co. à Beloeil. L’un des sept nitrateurs explosa. Deux hommes qui se trouvaient au travail près de la machine ont été gravement blessés. L’un d’eux, Rosario Ménard, a été si gravement brulé que l’on a des craintes pour sa vie. Le blessé est le fils du capitaine Ménard du poste de police No 18. L’autre blessé est John Wilson. Il a reçu des brulures au visage et à la poitrine.»

«L’explosion a causé un certaine excitation dans l’usine ou 900 employés travaillent. Ce ne sont cependant que ceux qui travaillaient tout près du lieu de l’accident qui s’aperçurent de l’explosion. Le travail n’a pas été interrompu et seule la machine qui explosa ne fonctionne plus. On s’est mis immédiatement à l’oeuvre et les faibles dommages causés seront réparés aujourd’hui.»

«Les officiers de la compagnie ne peuvent encore expliquer ce qui a pu causer cette explosion. Ils font une enquête pour découvrir cette cause, avant que la machine ne soit de nouveau mise en opération. L’accident arriva à 8 h.15. Les équipes d’ouvriers changent à trois heures. On ne peut donc attribuer l’accident au manque d’expérience des ouvriers ou au changement des ouvriers au milieu de la fabrication du TNT, l’un des plus puissants explosifs fabriqués à l’usine.»

Paul-Henri Hudon

 

Source: La Presse, 2 février 1918

 

 

alt

Ce texte vous inspire des commentaires?

Vous souhaitez émettre une suggestion?

Merci de Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .


 
Goto Top