SHSC - Dernières nouvelles

On voit au centre, Clémence DARCHE (c1807-1874), qui avait épousé en premières noces Antoine Gauthier en 1840, et en secondes noces, Pierre-André Ouellet, instituteur, en 1853. Ce dernier n’apparait pas sur la photo.


À droite, Dosithée GAUTHIER (1843-1881), navigateur, époux de Julienne (Justine) Deneau, est le fils de Clémence Darche et d’Antoine Gauthier.


À gauche, Julienne (Justine) DENEAU (c1840-1935), est l’épouse de Dosithée Gauthier. Elle épousera en secondes noces François Dubuc à Chambly le 5 février 1883. Notez qu’elle vivra 95 ans. Quand même!


Clémence Darche habitait sur le chemin de Sainte-Thérèse à peu de distance de l’actuelle manufacture Bennett Fleet.


familleDarcheQuant à Pierre-André OUELLET, il avait épousé en premières noces Marie-Anne Éthier, fille de Gédéon et de Victoire Painchaud à La Pocatière le 27 septembre 1836. Il est le fils de Jean-Baptiste Ouellet et de Geneviève Ouellet. Instituteur, âgé de 35 ans, veuf de Marie-Anne Éthier, on lui reconnaissait trois enfants au recensement de 1851: Geneviève, 14 ans; Henriette, 11 ans; Élisabeth, 10 ans (Recensement de Saint-Mathias, no 195). Il se remarie en secondes noces à Saint-Joseph le 8 août 1853 avec Clémence Darche, veuve d’Antoine Gauthier.


Lors de son contrat de mariage, il déclare avoir quatre (?) enfants, et Clémence Darche en a un, nommé Dosithée. Ces cinq enfants seront élevés et nourris par les futurs époux, précise-t-on. En 1858, Pierre-André Ouellet instituteur de Saint-Joseph, baille une terre à François Tétreault (Charles-Gédéon Scheffer, 24 août 1858). Il est nommé recenseur à Saint-Mathias lors du recensement de 1861. En 1868, Pierre-André Ouellet occupait la fonction de surintendant des chemins et ponts pour la paroisse de Saint-Joseph (Les Cahiers de la seigneurie de Chambly, no 6, septembre 1981, p. 33). On le retrouve en 1874, secrétaire trésorier de la municipalité de Richelieu.


La Société d’histoire de la seigneurie de Chambly invite ses membres et tout public à venir admirer ces «portraits de famille» de chez nous. Vous reconnaîtrez vos grands-parents, bien endimanchés. «C'est bin le portrait de son père», direz-vous. On exposera des photos panoramiques des ouvriers de la Bennett et des couturières de la Cooper Clothing. D'autres photos montreront les familles Petit, Martel, Robert et des employés de la conserverie, la défunte cannerie. L'exposition est présentée au Corps de garde du fort de Chambly les samedis et les dimanches à partir du 26 septembre jusqu’au 11 octobre.


Paul-Henri Hudon

alt

Ce texte vous inspire des commentaires?

Vous souhaitez émettre une suggestion?

Merci de Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..